Dans la cuisine de ma grand-mère…

… un  objet bien curieux ! Tout à fait fonctionnel. Avec tous ses accessoires. Un délicat mélange de bois et de métal, une mécanique parfaite. Grâce à lui, mon  Papa fut un garçon robuste, rayonnant de santé. Alors, à quoi sert cet objet ?

Réponse dans quelques jours…

 

 24 décembre 2015

Bon, il s’agit bien d’un pressoir à viande, dont on se servait pour extraire des jus de viande frais, à donner aux enfants anémiés et aux malades, afin de leur redonner tonus et vitalité ! Végétariens s’abstenir !

D’après la littérature sur le sujet, la méthode est simple : il suffit de réunir un beau steak, et… c’est tout !

IMG_0126

Passons à la pratique…

Premier essai : le steak entier, dans la boîte pressoir. Bon, ça offre rapidement une résistance, on continue à tourner, mais ça « bute », rapidement. A force d’insister, on obtient trois gouttes d’un jus clair… Ça doit pas êrte ça…

Second essai : on hache le steak et on recommence… C’est un peu plus concluant : deux cuillères à café d’un jus rose, visiblement le liquide sarcoplasmique. Allons au bout des choses et goûtons ! Comment dire ? Un vague goût de viande mêlé à une saveur un peu métallique. Je pense que les gamins devaient considérer la chose au même titre que l’huile de foie de morue… Quant à la grand-mère, vue l’énergie que j’ai du mettre à extraire mes deux cuillères à café, je pense qu’elle n’avait pas besoin de fortifiant…

Soyons honnête, l’appareil ne vient pas de chez ma grand-mère, mais plus prosaïquement du magasin « La récréation », antiquité/salon de thé à Thiviers, rue Latour. A des prix très raisonnables, plein de petites trouvailles, objets intrigants…

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *